La Fragilité du bien : Le Sauvetage des Juifs bulgares.

La Bulgarie fut, avec le Danemark, le seul pays d Europe alli l Allemagne nazie dont la population juive n a pas t d port e ni an antie Comment expliquer cette singularit L ensemble des textes ici r unis et traduits pour la premi re fois documents contemporains aux v nements, souvenirs crits apr s les faits montre comment l intervention de la soci t civile, de l Eglise, des partis politiques ou encore l action parlementaire men e par le d put Dimitar P chev ont contribu ce d nouement extraordinaire Tzvetan Todorov reconstitue l histoire avec ses nuances, interroge la concurrence des m moires et met en lumi re la fragilit du bien Pour que le bien puisse advenir, en un lieu et en un moment donn s, de nombreuses conditions sont requises la moindre d faillance dans la cha ne peut faire chouer tous les efforts Une fois introduit dans la vie publique, il semble que le mal se r pande avec une grande facilit , tandis que le bien demeure difficile, rare, fragile Et pourtant possible.
La Fragilit du bien Le Sauvetage des Juifs bulgares La Bulgarie fut avec le Danemark le seul pays d Europe alli l Allemagne nazie dont la population juive n a pas t d port e ni an antie Comment expliquer cette singularit L ensemble des textes ici r u

  • Title: La Fragilité du bien : Le Sauvetage des Juifs bulgares.
  • Author: Tzvetan Todorov
  • ISBN: 2702839991
  • Page: 476
  • Format: broch
  • 1 thought on “La Fragilité du bien : Le Sauvetage des Juifs bulgares.”

    1. Un episodio de la historia que es poco conocido y que merece ser enseñado en todas las escuelas. Nos habla de la debilidad de la sociedad civil y la fortaleza del liderazgo. Es preciso que, si queremos ser dueños de nuestro destino, esto sea justo al contrario y si queremos que la democracia funcione hemos de reforzar los instrumentos de la sociedad civil y participar más en el control de la política y de los políticos.

    2. il semble que peu de nos contemporains soient au courant du courage du peuple bulgare ?de son eglise orthodoxe, de son parlement tout entier et enfin de sa reine et de son roi pour resister aux nazis qui voulaient à tout prix que les bulgares laissent déporter les juifs bulgares ;or cette résistance à certainement couté la vie au roi de bulgarie Boris III qui est décédé quelque jour après être revenu d'un voyage chez le furher convoqué qu'il était justement pour accélerer les dépor [...]

    Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *